Sunday November 19 , 2017
Text Size
   

La révolution est encore attendue

La révolution est encore attendue

À l’occasion du premier anniversaire du soulèvement populaire du 25 janvier, j’aurais aimé pouvoir exprimer la joie de voir notre cher pays, l’Égypte, enfin sur la voie de la liberté et de la justice sociale. Malheureusement, cela devra attendre!

Pourtant, ACCOM a été la première au monde, parmi les associations des coptes à l’étranger, à émettre, le 5 février 2011, un communiqué de presse appuyant les revendications de la jeunesse égyptienne et demandant le départ immédiat du président de la république et la dissolution du parlement. L’espoir était enfin permis; celui de voir l’Égypte renaître, de la voir être gouvernée avec justice et dans le respect des droits de l’homme. Illusion!


Depuis le 11 février 2011, le nombre de manifestants pacifiques tués et blessés, dépasse, toute proportion gardée, celui de tous ceux qui ont subi le même sort, en trente ans de la présidence de Moubarak! Pourtant, ces jeunes n’aspiraient qu’à une vie humaine digne de ce nom. Comble de cette comédie tragique, mise en scène par le Conseil suprême des forces armées, des milliers de victimes sont arrêtées et torturées alors que les coupables sont laissés libres! Combien parmi les assassins de ces jeunes Égyptiens ont-ils été traduits devant la justice? Combien font-ils l’objet d’un mandat d’arrêt par les forces de sécurité? Combien sont-ils en prison? Combien parmi ces tueurs professionnels sont-ils membres des forces policières et des forces armées? Poser la question, c’est y répondre!

Le Conseil suprême des forces armées est coupable de complicité dans la plupart de ces actes de barbarie. Il est celui qui gouverne et devra répondre de ses crimes.

À la lumière de tout ce que vivent nos chers compatriotes, aussi bien chrétiens que musulmans, je constate, avec beaucoup d’amertume, qu’au niveau de la haute direction du pays, le seul vrai changement est uniquement au niveau de l’habillement : un uniforme militaire a remplacé un costume civil!

Quant à la révolution, elle est toujours attendue. Nous l’avons déjà dit dans notre communiqué de presse du 5 février 2011 : « Nous ne voulons pas de militaires ni de partis religieux, à la tête du pays. » La jeunesse est le vrai et seul espoir de ce pays que je chéris.

J’espère que l’année prochaine verra la démocratie, la justice sociale et le respect des droits de l’homme convenablement instaurés et qu’ils feront parti de la vie quotidienne des Égyptiens; c’est alors que je fêterai fièrement la révolution.

Antoine Malek

Président

Upcoming Events

<<  November 2017  >>
 Mo  Tu  We  Th  Fr  Sa  Su 
    1  2  3  4  5
  6  7  8  9101112
13141516171819
20212223242526
27282930